Mesure d’actualité : Le crédit-temps Corona

20 Mai    Crédit
crédit-temps

Pour faire simple, un dispositif de crédit sera disponible à compter du 1 er juillet 2020, faisant partie d’une série de mesures provisoires pour diminuer les licenciements successifs qui résultent de la crise du coronavirus. Il s’agit du crédit-temps Corona.

Crédit-temps Corona : de quoi s’agit-il ?

Applicable depuis le 1er juillet 2020, c’est un nouveau crédit-temps, qui a lieu en parallèle avec le crédit-temps classique. Sa création a pour but d’offrir la possibilité aux employeurs d’interrompre le travail des employés à mi-temps ou à un cinquième de temps de manière provisoire pour diminuer les prestations et indemnités dans le respect des mesures de sécurité liées au coronavirus.

Cette mesure est donc entrée en vigueur depuis une semaine actuellement, et elle aide les employeurs après les difficultés économiques qu’ils ont subies depuis l’apparition du coronavirus. Ils peuvent de ce fait proposer à leurs employés un arrêt partiel de leurs travaux.

Crédit-temps Corona : sous quelle forme et pour combien de temps ?

Ce crédit-temps se présente sous deux choix : une diminution des prestations de travail soit de moitié soit d’un cinquième.

Le crédit-temps a une durée minimale d’un mois et une durée maximale de six mois. Si on veut le renouveler, il n’est pas forcé de le faire successivement à la période antérieure. D’ailleurs, la période du crédit- temps ne doit pas durer au-delà de six mois.

Il faut savoir que le crédit-temps Corona et le crédit-temps classique ne sont pas interdépendants l’un de l’autre et donc dans le cadre d’un crédit temps classique, on ne peut en déduire une période maximale d’interruption par le crédit-temps Corona.

Subvention de l’ONEM

Lorsqu’un travailleur décide de réduire son temps de travail dans le cadre du crédit-temps Corona, il peut bénéficier d’une subvention d’interruption de la part de l’ONEM. La somme qu’on peut en tirer est similaire à un crédit-temps classique.

La crise du coronavirus a déclenché d’énormes complications économiques pour tout le monde. Ainsi, certaines entreprises qui sont reconnues comme étant en difficulté ou en restructuration sont en droit de proposer à leurs employés une interruption partielle de leurs prestations de travails grâce au crédit-temps Corona.

Si toutes les exigences sont remplies pendant la durée du crédit-temps Corona, l’employé aura la possibilité d’avoir une allocation d’interruption pour compenser la réduction de ses indemnités. Le montant n’est pas différent de celui qui est alloué par le crédit-temps classique.

En parallèle à ce dispositif, il existe un crédit-temps fin de carrière Corona. Cette dernière offre aux travailleurs seniors la possibilité d’avoir des allocations d’interruption si la réduction de leurs prestations a lieu pendant une période où il est reconnu que l’entreprise de travail est en difficulté. Mais à condition d’avoir effectué 25 ans de travail salarial.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *