Préserver son épargne des crises

12 Juil    Epargne
épargne de précaution

La propension à l’épargne des Français fait de leur pays l’un des plus importants marchés d’Europe, avec un taux moyen de 15 %. Les épargnants aspirent à la fois à retirer des bénéfices substantiels de leurs économies tout en les préservant des aléas de conjoncture. Ce n’est pas aussi simple !

Le dilemme de la rentabilité ou de la sécurité

Dans la logique de l’épargne dite classique, il suffisait d’ouvrir des livrets réglementés défiscalisés ou de souscrire à une assurance-vie pour bénéficier d’une parfaite sécurité et d’une rentabilité plus qu’acceptable. Les fluctuations de conjoncture ont toutefois conduit certains produits tels le livret A ou l’assurance-vie monosupportà offrir une rétribution inférieure à l’inflation. Bien que le capital soit toujours garanti à l’échéance, le rapport est trop faible, aussi est-il judicieux de repenser la façon d’épargner.

La diversification reste la meilleure méthode pour se ménager un minimum de gains. L’allocation d’actifs sur plusieurs fonds plutôt que dans un seul permet de lisser les effets négatifs des fluctuations du marché. À ce titre, il existe des fonds structurés qui offrent,en sus de produits de taux, diverses prises d’options garantissant le capital de départ et un certain rendement convenu dès le départ. Ces produits présentent toutefois une complexité qui réserve leur maniement à des professionnels aguerris.

Est-il possible d’opérer soi-même ?

Les produits financiers sont perçus,à juste titre, comme compliqués par nombre d’épargnants. Aussi se tournent-ils volontiers vers des intermédiaires adéquats à qui ils confient la gestion de leur patrimoine. En fonction de divers critères pertinents, ce conseiller va orienter le client vers des décisions investissements conformes à ses dispositions patrimoniales et à ses espérances de gain. En revanche, d’autres se contenteront de produits sans risque aux rendements plutôt modestes.

De nos jours apparaît une génération d’épargnants acteurs. Ces derniers sont rompus aux comparateurs en ligne et aux instruments leur donnant la latitude de gérer par eux-mêmes leurs finances.Ils ont en tête de bien appréhender le fonctionnement des marchés et, grâce à une gestion fine des risques, ils ambitionnent d’obtenird’intéressants retours sur investissements.

N’est pas acteur crédible qui veut

Les banques et les assurances sont les acteurs historiques du marché de l’épargne. Elles ne cessent de se mettre au goût du jour pour maintenir leur caractère incontournable. Ainsi, elles numérisent de plus en plus leurs interventions afin que leurs clients puissent se passer de conseillers.

Certains de ces actes présentent toutefois un caractère sensible, car ils nécessitent la collecte et le stockage de données personnelles, avec tous les risques cybernétiques induits. La capacité de protection des données des épargnants est alors une priorité absolue à intégrer aux critères de sélection.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *